Le Pian sur Garonne : L’histoire connue du village peut remonter jusqu’à l’époque gallo-romaine, puisque des vestiges subsistent et que certains terrains sont encore répertoriés sur le plan d’urbanisme.

Le bourg d’origine était situé sur la partie basse de la commune, le long de la RN 113, à proximité de la Garonne. Son église du XIIème siècle abritait la “maladrerie” qui recevait les personnes atteintes du pian, forme de maladie vénérienne, venue des pays lointains. Les malades, tenus à l’écart, devaient arriver par bateaux et accoster au bout du chemin du Pradeau qui les menait directement à la chapelle.

La paroisse du royaume Notre Dame de Pian, s’étendait jusqu’à la Place des Tilleuls de Saint Macaire et était gérée par les notables qui se réunissaient en assemblée dans l’édifice religieux.

Elle devint commune après la Révolution. Le 13 juillet 1793 des citoyens élus se réunirent pour la première fois à la Maison commune.Le curé de la paroisse fut convoqué pour remettre les registres paroissiaux de naissance, mariage et décès qui devinrent état civil.

La commune de Pian au XIX ème siècle

Au milieu du XIX ème siècle, les Macariens demandèrent l’annexion du bourg de Pian, prétendant que ce territoire leur était nécessaire pour pérenniser leur ville. Une grande partie des Piannais s’opposèrent à cette requête, la tension était vive entre les habitants. Selon la mémoire locale, on cloua une guirlande de têtes de canards et on y apposa une pancarte sur laquelle on avait écrit: “quand ces têtes chanteront, de Saint Macaire, nous serons”. Mais après plusieurs enquêtes, la vieille ville obtînt gain de cause.

Le 31 janvier 1897, après délibération, le Conseil Municipal décida de démolir l’église du bas et d’en utiliser les matériaux pour en construire une nouvelle au village des Merles, devenu bourg. L’église et la mairie actuelles furent construites vers 1900.

Une plaque commémorative apposée le 8 mai 2009 au Bas Pian, sur le mur d’un bâtiment au bord de la route départementale 1113, rappelle que durant l’occupation de la France par l’Allemagne, la ligne de démarcation séparant la zone libre de la zone occupée partait de Gabot et remontait vers Saint -André – du -Bois, en passant par les Pruerats. Il existe peu de documents concernant cette période, les compte-rendus du Conseil Municipal de l’époque n’abordant pas de sujets liés à la guerre.

Le 27 janvier 1956, la commune de Pian devînt le Pian sur Garonne.

Le Pian sur Garonne à ce jour

Le village couvre 635 ha.

La population qui dépassait les mille habitants avant l’annexion, est restée faible jusqu’au milieu du XXème siècle. En 1962, on comptait 417 habitants. Aujourd’hui, l’INSEE en retient 768, mais la réalité est près de 850.